•  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les portes basses

     

     

    Passant de la génuflexion

    Au labyrinthe de la réflexion

    J’ai visité mille chapelles

    En oubliant ton nom

    Dans les puits sur les margelles

    Sur ton visage sur ton front

     

    Aveuglé par de fictives lumières 

    Du silence aux tintamarres

    Du regard mort-né aux Ténèbres

    J’ai craché toutes mes prières

    Arraché mes guenilles funèbres

    Pour enfin briser mes amarres

     

    J’ai bu aux calices sans purificatoire

    J’ai oublié le corps exsangue de confiance

    Entendu le son écrasé des heurtoirs

    Maudit l’archange aux viles confidences

    M’obligeant seul à graver des grimoires

    Des pleurs éclaboussent encore le miroir

     

    J’ai franchi des portes basses

    J’ai perdu la vue et ses repères

    J’ai traversé les douze impasses

    Pour connaître le nom du Père

    Enfin l’entendre sans le maudire

    L’entendre et jamais me l’interdire

     

    L*B.

     

    Les porte basses

     


    2 commentaires
  • Nombres

     

    Quand le soir sombre tombe

    J’accuse âprement les nombres

    Ceux trop grands pour ma tombe

    Ceux trop lourds pour la colombe

    Je broie le noir des nombres

    Ceux dont l’histoire m’encombrent

    Inutiles éphémères en surnombres

    Quand le soir sombre tombe

    J’accuse le coup et succombe

     

    L*B.

     

    Nombres


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique